ADIF Aisne

Voyage à Struthof et à Verdun

Témoignages des participants

 Voyage à Verdun et à Struthof, les 14 et 15 avril 2008

(par un mauvais temps qui a encore accentué les horreurs vécues par les Poilus et les Déportés)

Les 32 participants à ce voyage (16 adultes de 80 ans à 35ans environ) et (16 jeunes de 20 à 10 ans) étaient tous présents au rendez-vous.

Dès le départ l’ambiance était sympathique et ne s’est pas démentie durant ces 2 jours.

Plusieurs jeunes (et moins jeunes) nous ont donné leurs impressions

Ces témoignages du passé ont été très éprouvants.

Le 14, à Verdun, accompagnés par une guide très « chevronnée » (de 14h à 18 h), nous avons :

· traversé, en car, la ville

· parcouru la campagne et avons pu constater la disparition totale de certains villages qui n’ont pu être reconstruits, les « couloirs encastrés » par lesquels les brancardiers évacuaient les blessés, les cadavres…

Puis, avons visité le Fort de Douaumont, la Citadelle

D’après le récit de nos aïeuls, nous pouvions imaginer nos Poilus, dans la boue, le froid, la peur au ventre, là, comme sur d’autres fronts. Beaucoup d’entre nous, pensions aux nôtres disparus dans cet enfer, parfois dans les derniers jours de cette « Grande Guerre 14-18 » 

Le soir, nous avons fait escale à Saint-Avold dans un hôtel – où nous avons été « superbement » accueillis par le directeur-adjoint, le dîner a été très apprécié.

Le 15, après un copieux petit-déjeuner, nous nous dirigeons vers le Camp d’extermination de Struthof

Le portail d’entrée, les fils de fer barbelé, les postes de guet, le Mémorial évoquent immédiatement le passé horrible et le Devoir de Mémoire auquel nous sommes tous tenus.

Avec l’aide d’un guide, nous avons visité l’ensemble du camp et avons pu voir, notamment :

·les châlits qui « accueillaient » chacun, les corps décharnés de 3 Déportés ou plus ;

·les potences ;

les tréteaux de bastonnades ;

· le fossé de la mort où les kapos, hypocritement et brutalement, poussaient les « travailleurs » ployant sous la charge d’importants morceaux de grès rose ; ceux-ci, alors, suspectés d’évasion étaient immédiatement abattus ;

·la prison avec ses cachots de 1m20 de hauteur et d’une base de 1m carré, pour 2 ou 3 Déportés jusqu’à ce que mort s’ensuive ;

·le four crématoire où les corps, desséchés par des rayons spéciaux, brûlaient ensuite comme des torches. Les cendres servant, d’engrais, au commandant, pour la culture de ses fleurs !!!!Les salles voisines avec le bassin de dissection, celle où avaient lieu des expériences, des injections diverses…… ; celle où les cadavres étaient entreposés, celle où avait lieu des exécutions sommaires par pendaison ou par balle.

Puis nous nous dirigeons vers le Mémorial, pour rendre un hommage à tous les Déportés, à ceux qui reposent dans le cimetière du Camp et en particulier, à ceux que nous connaissions et qui habitaient dans l’Aisne : Mr Marcel Deligny (de Wassigny) et Mr Clouet (d’Hirson)

Mais alors, que nous nous rassemblions, une haie de jeunes « allemands hilares et goguenards » s’est formée. Face à notre colère, leur accompagnateur s’est enfin décidé, avec une grande décontraction, à leur faire poursuivre leur visite. (la pieuvre nazie est toujours tapie)

Nous avons donc pu assurer notre petite cérémonie : lecture du Message national, chant des partisans et recueillement

Après cet hommage, les participants, plus particulièrement les jeunes, ont voulu voir plus attentivement le Musée. Nous avons donc pris plus d’une heure de retard, et, après approbation générale de tous, nous n’avons pu faire le détour prévu par Obernai. Il s’est donc avéré que notre voyage n’était pas un circuit touristique, mais, bien, un pèlerinage sur les chemins du Devoir de Mémoire.

Inutile de vous dire que les horreurs vécues par nos Déportés, là et dans d’autres camps, nous ont interpellés profondément.

 À la suite de l’incident relaté ci-dessus, le Devoir de Mémoire est plus que jamais un impératif. Nous envisageons une autre forme d’action, pour joindre le plus grand nombre possible de jeunes, pour les inciter à participer au concours de la Résistance et de la Déportation et leur faire ainsi prendre conscience des horreurs que peut engendrer un régime nazi. 


Témoignage des participants

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 110041

Site réalisé avec SPIP 1.9.2d + ALTERNATIVES

     RSS fr RSSL’association RSSNos actions   ?

Creative Commons License