ADIF Aisne

Néos nazis dans le Doubs

Un article de Fred JIMENEZ dans le Doubs relate les agissements de néos nazis. Restons en éveil et ne favorisons, en cause manière, la résurgence d’un tel régime

Doubs : néonazis, armés et prêts à tout

Un groupuscule néonazi vient de se former et se dit armé et prêt à toute action violente jusqu’au meurtre

Quel degré d’attention faut-il accorder au graffiti aussi spectaculaire qu’infantile, tracé à grands coups de peinture rouge, blanche et noire, aux Granges d’Épenoy il y a une semaine (notre édition du 6 mai) ? Sa taille, 15 m de long sur 1,30 m de haut, marque la détermination des auteurs à frapper l’opinion, à défaut de forcer le respect. Depuis, un autre a été découvert à Champagnole (Jura), plus modeste.

Le nom du groupe « Blood C18 honour » qui s’étale ainsi sur le soubassement du bâtiment agricole fait en effet référence aux heures les plus sombres de l’Europe, quand l’idéal national-socialiste d’Adolf Hitler marquait l’histoire du continent du sceau de l’infamie et de la haine. Avec C pour combat 1 pour A et 8 pour H, dans l’ordre de l’alphabet, C18 fait référence à Mein Kampf, le livre programmatique du dictateur. Mais aussi à une idéologie terroriste qui a provoqué des morts, à la fin des années 90, à Londres, où est né ce mouvement. Combat 18 a été la branche armée de Blood & honour.

Durant les années passées, la mouvance néonazie locale a tenté par tous les moyens de faire parler d’elle sans jamais rassembler sur une structure pérenne et commune. Les condamnations pour incitation à la haine ou des faits de violence de ses principaux leaders, l’interdiction d’un de ses concerts, organisé dans la clandestinité (à Épenoy justement), l’a rejeté dans l’ombre d’où elle n’aurait jamais dû ressortir. Toutefois, depuis quelque temps des actions violentes étaient dénoncées, en particulier à Besançon, et d’autres dérives du côté de Champagnole.

Propos et photo inquiétants

Et cette fois, le contenu du blog et du fanzine édité en février et téléchargeable sur son site par cette succursale hexagonale de Blood & honour, dans sa version la plus extrémiste Combat 18, laisse penser que les choses sont plus sérieuses. D’autant plus que le groupe se prétend basé dans l’Est de la France, et probablement en Franche-Comté, dans le Doubs et le Jura en particulier si l’on considère ces outing campagnards en forme de tags comme un acte territorial revendicatif.

Le plus inquiétant se trouve en page 15 dudit fanzine où un groupe de huit individus encagoulés, ce qui représenterait l’effectif complet de la section, pose devant le calicot de « Blood C18 honour » armé jusqu’aux dents. A l’étude des tags d’arrière-plan, la photo a pu être prise sous un pont d’autoroute, dans le secteur de Belfort-Montbéliard. On dénombre deux battes de base-ball, deux carabines de chasse, un fusil à pompe et une kalachnikov. Ce qui est relativement inédit. Et dans sa profession de foi le groupuscule annonce « une année révolutionnaire » se prétendant prêt « à tout moment à prendre les armes et nous soulever pour intenter une action violente contre ce système dégénéré » ainsi qu’à « toute éventualité, prison, meurtre, etc. »

Faut-il prendre au sérieux ces menaces de ce commando survitaminé par la haine ? Pour certains, comme l’historien Joseph Pinard, observateur de la vie politique et des courants extrémistes, ils ne seraient que « la partie émergée d’un iceberg beaucoup plus redoutable qui se développe à travers des réseaux autrement plus anodins, par une extrémisation de la pensée, qui ne rencontre malheureusement que peu d’obstacles. »

Quant aux réactions locales, seul le MRAP a pour l’instant dénoncé « des faits ignobles qui surviennent dans un climat de banalisation concernant les propos et actes racistes de toutes natures et au moment de la commémoration du 8 mai 1945, date de la capitulation sans condition de l’Allemagne nazie » et demande « aux autorités compétentes d’intervenir pour, d’une part, faire disparaître ce tag et, d’autre part, pour mettre hors d’état de nuire les auteurs de ces faits dont les démonstrations de haine sont parfaitement connues. » Quant au Collectif antifasciste de Besançon, il appelle à « la plus grande vigilance. »

Fred JIMENEZ

Normal 0 false 21 false false false FR X-NONE X-NONE

UnhideWhenUsed="false" QFormat="true" Name="Subtle Reference"/>


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 110041

Site réalisé avec SPIP 1.9.2d + ALTERNATIVES

     RSS fr RSSL’association RSSInformations et comptes-rendus divers RSSLIEN vers des Témoignages sur la Résistance, la (...)   ?

Creative Commons License