ADIF Aisne

CONCOURS NATIONAL SUR LA RESISTANCE ET LA DEPORTATION

Création et continuité


MEMOIRE - SOUVENIR - JEUNESSE

LE CONCOURS CONTINUE

1961 - 2011, le Concours National de la Résistance et de la Déportation est devenu officiel le 11 avril 1961 par une circulaire ministérielle.

Depuis quelques années, sous l’impulsion de son Secrétaire général Henry BAILLY, Résistant-Déporté, la Confédération Nationale des Combattants Volontaires de la Résistance avait déjà lancé et développé dans certains départements le "Prix de la Résistance". Son but étant de perpétuer la mémoire de la Résistance contre l’occupant nazi.

En 1961, un jury devenu national est composé non seulement de personnalités de la CNCVR, mais aussi de l’UNADIF - FNDIR et du Réseau du Souvenir (association d’anciens déportés qui réalise le Mémorial de l’Ile de la Cité).

Dans de nombreux départements des représentants de ces mêmes associations vont former des jurys présidés par des inspecteurs d’académie rejoints par des professeurs d’histoire.

Les premières années, les sujets vont être choisis par les jurys départementaux, puis, à partir de 1965, un thème unique sera proposé.

Bien implanté, en 1982, le Concours va avoir un impact plus grand encore avec l’entrée dans le jury de l’ANACR, de l’ANADIR, de l’ANMR, et de la FNDIRP - et le nombre de candidats et d’établissements participant au Concours va croître d’année en année. (Jusqu’à plus de 60 000 en 2005 pour le 60ème anniversaire de la libération des camps).

Ainsi le Concours a permis de faire connaître et transmettre à plusieurs générations cette période de notre histoire dont il est toujours important de maintenir le souvenir.

C’est un objectif qui a été poursuivi sous l’influence des Résistants et des Déportés jusqu’à ce cinquantième anniversaire de la création du Concours.

Mais nous assistons depuis quelques années à une évolution au sein des jurys qui n’est pas toujours satisfaisante en ce qui concerne le rôle des représentants des Résistants et des Déportés, en raison de l’application des nouvelles règles pédagogiques.

Jacqueline FLEURY

_________________________________________________________

En ce qui concerne cette évolution, le problème a été évoqué au cours du congrès annuel de l’UNADIF* qui s’est tenu à Chartres du 31 mai au 2 juin 2013. Il a été conseillé aux Présidents des ADIF départementales de rester très vigilants pour maintenir leur rôle (ou de le revendiquer) dans l’organisation du CNRD.

 

*UNADIF = Union Nationale des Associations des Déportés, Internés et Familles de disparus des départements.

 


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 117212

Site réalisé avec SPIP 1.9.2d + ALTERNATIVES

     RSS fr RSSL’association RSSInformations et comptes-rendus divers   ?

Creative Commons License